"Du Rouge aux Lèvres - Haïjins japonaises" - Traduction de Makoto Kemmoku et Dominique Chipot

Publié le par Coralie Berhault




Voici la quatrième de couverture :

"Le haïku japonais est trop souvent appréhendé au travers des oeuvres de Bashô, Buson, Issa et Shiki. Pourtant, de nombreux maîtres, y compris des femmes, ont influencé chaque génération depuis plus de trois siècles. Cette anthologie bilingue vous fera découvrir des auteurs classiques ou contemporains, des femmes connues dans leur pays comme maîtresses de haïkus ou, pour les plus jeunes, pouvant le devenir. Les femmes tiennent une place importante dans la poésie japonaise, encore aujourd'hui, les auteurs de cet ouvrage ont voulu leur rendre hommage en proposant une large palette de haïkus où transparaissent la richesse du genre et la sensibilité proprement féminines.

MAKOTO KEMMOKU
Né en 1952, il enseigne à des lycéens la littérature japonaise. Membre de la revue de haïkus
Ashibi (Azalée), il a traduit en japonais, entre autres livres, Le Roman de la Rose.

DOMINIQUE CHIPOT 
Haïjin français, auteur du guide d'écriture
Tout sur les haïkus, il est cofondateur de Gong, la première revue francophone de haïku, et fondateur de l'Association pour la promotion du haïku francophone."

*

 Extraits :
 
Un vent sec et froid
sans couleurs à souffler
sans feuilles à disperser

Chigetsu Kawaï

 Maintenant,
jusqu'où est-il allé, mon petit,
chasser les libellules ?

Chiyo-ni

 Bêchant la rizière,
un homme
retourne son ombre.

Midorijo Abé 

 
Une luciole a fui.
Soudain, 
la nuit s'est troublée.

Teijo Nakamura 

Nuit du début de l'été,
à chaque pas
les étoiles rebondissent.


Haruko Takagi
 
Un papillon prie, aussi,
en fermant les ailes.
Anniversaire de la bombe A.


Kazué Asakura 

Dans le ciel,
les étoiles filantes
ne reviennent jamais.


Michiko Kaï 

Publié dans Livres

Commenter cet article