Réflexion sur le Mot "Loisir"

Publié le par Coralie Berhault

Réflexion sur le Mot "Loisir"

Le mot "loisir" vient du latin "licere", "être permis", et a subi un glissement sémantique lors de son passage au français, en effet, de "être permis" le sens de loisir est passé à "temps où l'on fait ce que l'on veut". Aujourd'hui, l'appellation Centre de Loisirs devient Accueil de Jeunes, ce qui m'amène à me demander pourquoi, puisque l'évolution de la langue est révélatrice de beaucoup de choses. Je vois dans Centre de Loisirs des connotations agréables, des références au divertissement, et le mot centre rappelle quelque chose, un lieu où tout converge. Accueil de Jeunes a pour moi une connotation sociale, une notion de besoin ; comme un Accueil de Jour, où les gens vont lorsqu'ils sont dans le besoin. Accueillir, sans complément de manière, signifie "recevoir agréablement". Dans l'un (Accueil de Jeunes) on reçoit les jeunes, tandis que dans l'autre (Centre de Loisirs), tout le monde se rassemble autour de divertissements, pour partager agréablement son temps libre. Peut-être qu'après les congés payés, le mot loisir, qui désignait le temps libre où on pouvait s'adonner à des activités qui nous plaisent, avait une connotation très agréable, très plaisante, positive, et qu'aujourd'hui ce terme a pris une connotation plus négative, pas suffisamment sérieuse, trop légère, vaine... paresseuse ? Peut-être qu'on revient trop à une société "Travail - Famille - Patrie", "Travailler plus pour gagner plus", et "A bas les glandeurs et les chômeurs qui vampirisent la société plutôt que de lui rapporter de l'argent" ? Mais il ne faut pas confondre non plus "loisir" et "oisiveté". Accueil de Jeunes serait en quelque sorte plus politiquement correct. Ne pas oublier que ce que les gens font pendant leur temps libre ne rapporte a prioro rien à l'état, à l'économie. Je trouve très intéressant que "Sénèque loue les mérites de l'otium (le nom latin du temps de loisir) et le considère comme la caractéristique de l’homme vraiment libre - mais en ajoutant qu’il est bon de le consacrer à un rôle social ou politique dans la cité" et que "plus tard, Thomas d'Aquin vantera lui aussi la necessité du loisir réparateur."(Wikipedia) Car tout cela contraste beaucoup avec l'idée qu'on peut se faire aujourd'hui du loisir, de tout ce qu'on fait qui n'est pas considéré comme un travail. Si avant on prenait le temps de se divertir, aujourd'hui le fait de se divertir peut passer pour de la paresse et la personne qui se divertit peut culpabiliser. Il y a de la culpabilité dans le divertissement, cela peut donner une mauvaise image de nous. Alors que le loisir fait peut-être parti du travail, ou du moins qu'il lui est nécessaire, afin de se ressourcer et d'avoir par la suite les idées plus claires, d'être reposé, content et donc plus efficace. Je trouve également très intéressant ce qui suit : "Il est difficile de déterminer si le phénomène a été accompagné ou non d’un développement de l’activité intellectuelle. Difficile aussi de savoir si ne se développe pas une sorte d’activisme des loisirs qui nous amène à neutraliser nous-mêmes en activités diverses ce qui aurait pu constituer, avant mobilisation à d’autres fins, un temps le loisir. Le problème du manque de temps semble ainsi en augmentation et non en diminution depuis les années 1960, au moins dans les grandes villes." (Wikipedia) J'ai cherché le sens d'activisme dans Lexilogos : "Conduite, notamment de dirigeant, mettant au premier rang de ses principes d'action, l'initiative personnelle", et par extension : "Caractère de celui qui prend l'agitation pour de l'action", et il y avait également cette citation de F. Perroux tirée de L'Economie du XXè siècle (1964) : "L'activisme aveugle et frénétique qu'il (l'esprit de lutte pour la multiplication et la possession des richesses) engendre ravit aux hommes ces conditions fondamentales de leur accomplissement : le loisir et la solitude." 
Il est intéressant de citer aussi les Saintes Ecritures : "L’injonction évangélique : "Voyez les lis des champs : ils ne filent ni ne cousent et pourtant jamais Salomon n’a été vêtu comme eux dans toute sa gloire" peut éventuellement être considérée comme un appel à ne pas perdre sa vie à la gagner. Corroborant d’ailleurs le fameux "Que sert à l’homme de gagner l’univers s’il vient à perdre son âme ?" (Matthieu, 16,26). (Wikipedia) Notre société semble bien être dans l'erreur et s'éloigner de toute sagesse. 

Coralie Berhault. 

*
 
Sans crainte d'être contredit, on peut évoquer la constatation que nos activités respectives en-dehors du travail s'orientent de plus en plus vers l'individualisme. Une des multiples conséquences des progrès technologiques qui, à chaque trouvaille, redéfinissent notre mode de vie, nos habitudes, d'où l'augmentation des loisirs solitaires, tels que l'ordinateur, la télévision, les consoles de jeux, qui sont un simulacre de réponse à la difficulté croissante d'établir ou d'entretenir des relations avec ses semblables. La substitution de l'appellation "Centre de Loisirs" au profit d'"Accueil de Jeunes" illustre bien l'inexorable évolution induite par le progrès, préparant le terrain pour une société plus individualiste.

Julian Creuzet.

*

Tout commentaire est le bienvenu ! A vos claviers !^^ 
 

Publié dans Mes mots

Commenter cet article

Ventas 07/09/2009 17:25

Tu as entièrement raison sur le fait que changer "centre de loisir" en "accueil pour jeunes" ne veut pas dire la même chose du tout. Ils sont en train de diaboliser les jeunes (on pourrait chercher les "mauvais gènes" dès le plus jeune âge...). A mon sens, il faut bien différencier les jeunes à réels problèmes et les autres.Merci ma Coco pour cet article fort intéressant!! :)