"Les Cavaliers rouges" de Coralie Berhault

Publié le par Coralie Berhault

Les Cavaliers rouges


Les voilà sans entrailles
L'agonie des colères
Dans le feu et la paille
Ils ont violé leurs frères

Dans l'enceinte de sang
Vomissant le plaisir
Sur la chair impatients
De consumer le pire

Les amours éventrés
Putrescentes folies
Et les corps de poupées
Où se heurte la pluie

Questionnent le silence
De leur orbite creuse
Tandis que la vengeance
Anime ses danseuses

Sous leurs paupières closes
S'étend un cimetière
Un ballet d'ecchymoses
Opéra des enfers

Où des lambeaux de vie
Des chandelles éteintes
Ont trouvé un abri
Où fuir leur étreinte...

Coralie Berhault 
(extrait de Les Soupirs d'Athanor) 

Publié dans Mes mots

Commenter cet article