"Poèmes Choisis (et traduits par Jean Malaplate)" de Hermann Hesse

Publié le par Coralie Berhault

J'avais envie de vous présenter aujourd'hui Poèmes Choisis (et traduits par Jean Malaplate) de Hermann Hesse, publié aux éditions José Corti en édition bilingue, qui est un livre à la beauté délicieusement simple et lucide, et qui rappelle un peu la lumière et la chaleur d'un soleil d'automne... Hermann Hesse est un poète qui gagne vraiment à être connu et reconnu comme tel...  


Poèmes choisis Hesse

Quatrième de Couverture

"Hermann Hesse poète ? Nous connaissons surtout en France le romancier du Loup des Steppes, de Siddhartha, du Jeu des Perles de Verre, l'esprit non confirmiste, la pacifiste, l'exilé. Pourtant dans l'oeuvre immense de ctte longue vie, la poèsie est bien loin de n'occuper q'une place secondaire. Non seulement la Muse fut pour Hesse une compagne quasi-quotidienne, non eulement les vers réunis par son éditeur, après sa mort, occupent deux forts volumes, mais il demeure, en dépit des esthètes qui le jugèrent souvent trop simple, trop naïf, l'un des plus lus, des plus populaires parmi les poètes allemands contemporains.
C'est en poète plus qu'en romancier que Hesse se considérait lui-même. Une épitaphe de fantaisie figurant dans un carnet qu'il tenait vers sa trentième année l'indique clairement : "Ci-gît le poète lyrique H. Sans doute ne fut-il jamais reconnu comme tel, mais il fut grandement surestimé, en revanche, comme écrivain récréatif."
Assurément, Hesse n'a pas renouvelé l'instrument poétique, n'a pas créé d'école. Bien au contraire, il s'est volontairement inscrit dans la lignée des romantiques allemands qu'il relisait sans cesse avec prédilection, en vers comme en prose, savourant chez eux l'admirable musicalité de la langue, la délicatesse des sentiments, l'amour sincère de la nature, l'ouverture sur le rêve, la participation enthousiaste aux royaumes de l'histoire et de la légende, et au-delà de ceux-ci, à l'inconscient collectif.
Pour présenter le poète Hesse au lecteur français, il a semblé raisonnable de se restreindre, de choisir parmi les quelques 700 poèmes publiés en 1962 en Allemagne, ceux qui sont à la fois représentatifs de la manière Hesse, les plus populaires dans les pays de langue allemande et les plus accessibles à notre public dans une version française. C'est la matière d'un ou deux recueils que l'on trouvera ici (environ 80 poèmes), mais le choix s'étend sur toute une vie et suit à peu près, comme les éditions allemandes, l'ordre chronologique.

Jean Malaplate a traduit en vers les deux Faust de Goethe, Hamlet et Le Roi Lear, les Sonnets de Shakespeare, les Epigrammes de Martial, le Beppo de Byron. On lui doit encore la traduction de Lecture-minute de Hermann Hesse."


Hesse bibliothèque

Extraits

NUAGES

Les nuages, vaisseaux paisibles,
Défilent au-dessus de moi,
Leurs couleurs tendres, indicibles,
M'emplissent d'un magique émoi.

Nuances d'un merveilleux monde
Eclos d'un azur printanier,
Bien souvent je suis prisonnier
De votre fuite vagabonde.

Ecume claire, aux tons changeants,
Des maux d'ici-bas dépouillée,
Seriez-vous les rêves ardents
Que fait notre terre souillée ?

(1904)

*

CHENE AMPUTE

Pauvre arbre, comme ils t'ont taillé !
Quelle étrange et triste figure !
Tu n'es plus, cent fois cisaillé,
Que défi, que volonté pure.

Comme toi tronqué, tourmenté,
Sans me briser, ma vie entière,
Jour après jour j'ai résisté,
Dressant mon front dans la lumière.

Ce qui fut en moi doux, sensible,
Le monde l'a crucifié.
Mais mon être est indestructible :
Je vis heureux, pacifié.

Je pousse mes feuilles nouvelles
Malgré mes rameaux douloureux,
Toujours, dans mes peines cruelles,
De ce monde absurde amoureux.

(1919)



Publié dans Livres

Commenter cet article

maguy 01/03/2010 16:16





ces  extaits sont trés beaux j'aie eue un reel plaisir à les découvrir merci.à  bientôt.
                         maguy